Connect with us

Des fidèles mangent du caca humain et meurent : Un « chef de secte » arrêté

Des fidèles mangent du caca humain et meurent : Un « chef de secte » arrêté

Actualités

Des fidèles mangent du caca humain et meurent : Un « chef de secte » arrêté

Un gourou de 74 ans, soupçonné d’avoir fait boire son urine et manger ses excréments à ses fidèles, jusqu’à ce que 11 d’entre eux passent de vie à trépas, a été arrêté par la police. L’incident s’est produit dans la jungle de Chaiyaphum, une province du centre-nord-est de la Thaïlande.

Tawee Nanlan, 74 ans, qui se serait soi-disant appelé le « père de toutes les religions », aurait obligé ses disciples à manger ses déchets corporels et à frotter son flegme sur leur visage.

Un chef de secte apparent dont les partisans auraient consommé son urine et ses excréments a été arrêté après la découverte de 11 corps, dont celui d’un enfant, dans sa maison de la jungle.

La police a fait une descente au domicile de Tawee Nanlan, 74 ans, au milieu de la jungle de la province de Chaiyaphum, en Thaïlande, après avoir été alertée par Khun Jenjira, 53 ans, qui leur a dit que sa mère de 80 ans séjournait sur le site et a été bloquée de retourner dans sa famille.

Mme Jenjira a déclaré que Nanlan, qui prétendait être le « père de toutes les religions », avait obligé sa mère à frotter son flegme sur son visage.

« Je suis allée rendre visite à ma mère et j’ai vu comment les femmes étaient obligées de suivre un code vestimentaire en portant un sarong jusqu’aux genoux et les hommes devaient porter des pantalons formels », a déclaré Mme Jenjira.

« Tout le monde devait enlever ses chaussures avant d’entrer sur le site. Mais ce qui était encore plus choquant, c’est que j’ai vu ma mère frotter le flegme du chef sur son visage et manger les excréments de l’homme.

« Il y avait 11 cadavres de dévots sur les lieux. Ma mère m’avait également ordonné de laisser son corps au même endroit. »

Il est rapporté que les membres pensaient également qu’ils étaient immunisés contre Covid en raison de la divinité apparente du chef.

« Les adeptes défient toutes les règles de Covid. Ils ont dit qu’une fois que vous aurez consacré votre vie à suivre l’enseignement de l’homme, vous serez à l’abri de Covid », a ajouté Mme Jenjira.

Mais M. Nanlan a juré à la police que tous ses « disciples » étaient là de leur plein gré et qu’il n’avait « obligé personne à rester ici ou à faire quelque chose qu’il ne voulait pas ».

Mana, 45 ans, résidente du camp, a déclaré : « Nous avons des papiers montrant que les proches ont donné leur consentement avec un certificat de décès.

« Certains d’entre eux ont pratiqué la méditation dans ce lieu. Quant à l’enterrement, nous suivons le processus de l’équipe médicale.

« Le corps est mis dans un sac scellé et injecté de formaldéhyde pour empêcher le cadavre de pourrir.

Il a également été rapporté que des cercueils sur le site avaient été forés pour permettre au liquide lymphatique de s’écouler.

Jusqu’à présent, Nanlan n’a été accusé que d’intrusion, a confirmé le colonel de police Wattanachai Chantthathum, ajoutant qu’une « enquête approfondie » aura lieu.

Le gouverneur de la province de Chaiyaphum, Kraisorn Kongchalad, a déclaré que les autorités étaient « choquées » après les informations sur ce qui s’était passé dans le camp.

« La police de la région prendra des mesures conformément à la loi », a-t-il ajouté.

« Le groupe n’a pas suivi les mesures de Covid-19, car nous avons trouvé d’autres fidèles ne portant pas de masques.

« Les agents saisiront les 11 corps pour pratiquer une autopsie et trouver la cause du décès.

« Je ne savais pas qu’il y avait dans cette région une secte de méditation aussi étrange. Le chef de la secte sera poursuivi s’il est reconnu coupable d’un crime. »

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus dans Actualités

To Top