Connect with us

CONTRIBUTION[Tribune] Pétrole et gaz au Sénégal, pour que nul n’en ignore ! – Par Coumba Ndoffène Diouf

CONTRIBUTION[Tribune] Pétrole et gaz au Sénégal, pour que nul n’en ignore ! – Par Coumba Ndoffène Diouf

Actualités

CONTRIBUTION[Tribune] Pétrole et gaz au Sénégal, pour que nul n’en ignore ! – Par Coumba Ndoffène Diouf

D’importantes réserves d’hydrocarbures (de classe mondiale selon les sociétés pétrolières qui les ont révélées) ont été récemment découvertes pour la premières foi au Sénégal: 1,5 milliards de barils de pétroles par les sociétés Cairn (Grande Bretagne) et FAR (Australie) ; 590 milliards de m3 de gaz (450 + 140) par la société Kosmos (Etats-Unis). Dans ce contexte, il est impératif que ces ressources soient exploitées dans l’intérêt de notre pays. Car, les industries extractives peuvent constituer un facteur déterminant de réduction de la pauvreté, de prospérité partagée et de développement durable, et un moteur de la croissance économique inclusive dans de nombreux pays en développement, riches en ressources minérales.

Blanchiment de capitaux et fraude fiscale

Les principales sources de blanchiment de capitaux sont la corruption, la fraude fiscale, l’évasion fiscale, les trafics, les crimes et délits divers, l’immobilier, le foncier, etc. Les hommes d’affaires et les politiques possèdent des comptes dans les paradis fiscaux (pays ou territoire à fiscalité réduite ou nulle). Par exemple, certaines multinationales domicilient leurs entreprises à l’île Maurice (qui a signé une convention fiscale avec notre pays) pour éviter la fiscalité sénégalaise. Cette signature de conventions n’est pas utile aux yeux des experts, d’autant plus que l’île Maurice n’a pas d’ambassade au Sénégal et notre pays n’y est représenté que par un consul honoraire. La signature de conventions entre le Sénégal et le Luxembourg n’a également aucune utilité pour notre pays, sachant qu’il n’y pas d’entreprises luxembourgeoises au Sénégal et vice versa. Donc, de telles conventions ne servent qu’à favoriser le blanchiment de capitaux et la fraude fiscale. Ici, il faut comprendre que les conventions fiscales entre Etats sont le lieu spécialisé pour la fraude fiscale de la part des multinationales, et un moyen pour elles de fuir les impôts.

Position du Forum civil

Pour le Forum civil, (section/Sénégal de Tansparency International), le Sénégal n’est pas encore prêt pour exploiter le pétrole car n’ayant pas les moyens de contrôler le périmètre offshore qui doit faire l’objet de cette exploitation. Aussi, rappellent Birahim Seck et compagnie, il ne faut pas oublier les éventuelles fuites de pétroles ou explosions d’engins, qui peuvent constituer de réelles menaces pour l’environnement. Le Forum Civil déplore le fait que l’Etat du Sénégal se précipite de signer des contrats avec les entreprises extractives.

Toutefois, le Forum Civil, au-delà des rhétoriques de critique et conformément à sa mission et à sa vision de promotion des valeurs de bonne gouvernance, de transparence, de reddition des comptes et de lutte contre la corruption a, en termes de contribution, formulé des propositions pour une réforme bénéfique du Code pétrolier. Ces propositions concernent la sélection attributaire des droits-titres ; la prospection/produit (exploration/exploitation) ; la fiscalité et autres revenus de l’Etat (part de l’Etat dans la production, celui du privé, le contenu local) ; l’environnement ; la santé ; la sécurité ; le social ; les litiges ; la stabilité ; la confidentialité : la faisabilité, etc. Elles doivent faire l’objet d’études de la part des autorités étatiques.
Un Peuple, un But, une Foi et surtout un Partage Équitable de nos Richesses !

Avec l’exploitation des gisements d’hydrocarbures, annoncée en 2021, et dont les retombées sont estimées en milliers de milliards (on parle de 16 000 milliards de F CFA sur 30 ans), la vie des Sénégalais doit impérativement changer, positivement bien sûr. A défaut de remettre à chaque citoyen sa part du «gâteau», tous nos problèmes doivent être réglés. Il ne doit plus y avoir de femmes qui meurent en accouchant, par faute de moyens ; plus d’élèves qui étudient dans des abris provisoires ; plus de grèves d’étudiants pour réclamer leurs bourses ; plus de grèves d’enseignants ou de médecins, qui paralysent les systèmes éducatif et sanitaire parce que réclamant des dûs ; plus de villages en manque d’eau, d’électricité ou de structures sanitaires ; plus de gens qui meurent de maladies parce que ne pouvant pas assurer les frais médicaux ; plus de jeunes en chômage ; plus de… ; plus de…

Doit prendre fait cette ère où une minorité du peuple (le président de la République, sa famille et ses proches ; les ministres et leurs familles, les députés, les directeurs généraux…) se partagent les plus grosses parts de nos richesses, laissant les populations vivre dans des difficultés et nous faisant croire que nous sommes très pauvres. Non ! Nous ne sommes pas pauvres comme ils le prétendent. Ce sont nos gouvernants affamés, et en manque de patriotisme, qui nous appauvrissent et appauvrissent le Sénégal !

Coumba Ndoffène Diouf

Continuez a lire
Advertisement
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus dans Actualités

To Top